Tondeur de drap

Tondeur de drap, c´est le métier que pratiquait Jean BOUCHARLAT.

Le tondeur de draps était l´ouvrier chargé de tondre les draps lainés.
Le drap après avoir été lainé et séché, devait être tondu à plusieurs reprises pour les rendre plus unis et plus ras.

Cette délicate opération constituait le privilège d´une communauté spéciale, celle des « tondeurs ». Cette communauté existait depuis le Moyen-Age.

Les tondeurs étaient aussi appelés « lisseurs » ou « tondeurs de grandes forces » parce qu´ils utilisaient des « forces », sorte d´énormes ciseaux à branches parallèles et non croisées comme celles des ciseaux ordinaires, qui étaient réunies par un fort ressort qui en facilitait le jeu. Ces ciseaux mesuraient jusqu´à 1,30m. L´affineur était celui qui donnait au darp sa dernière tonte la plus fine.

Vignette ayant servi à illustrer `omnium illiberalium mechanicarum aut sedentaria rum artium [...]`, Francfort, 1558, par Hartmann Schopper - Amman, Jost, 1539-1591 (graveur)

Le tondage à fin n´avait lieu qu´après la teinture, et lorsque l´étoffe était dans les mains du tailleur.Mais sa tâche ne se bornait pas à tondre ; il éventait les draps, les époutait (retirait les impuretés aves ces petites pincettes), les aspergeait, les mouillait (pour les empêcher de rétrécir), les pliait et leur donnait le cati à l´aide de planchettes de bois.

Dans l´encyclopédie de D´Alembert, le cureau était le nom de la lame de force des tondeurs de draps.

Les BOUCHARLAT furent tondeurs de père en fils jusqu´au XVIIIème Siècle. Le fils de Jean, Amable, exerçait place des Brotteaux à Lyon