Les Noms (sur quelques générations) et leurs origines.

Dans l'Antiquité, de sa naissance à sa mort, l'individu était désigné par un seul nom ... Nom qui ne se transmettait pas.
Les Romains utilisent trois noms pour désigner les élites et deux pour les gens du peuple : le prénom, le gentilice (nom du clan) et le cognonem (surnom, qui deviendra le nom de famille).
Au Xème siècle les noms individuels sont souvent accompagnés d'un surnom ; ce surnom devient peu à peu héréditaire. Ce phénomène concerne d'abord les familles nobles, puis l'ensemble de la population à partir du XIIème siècle.
A partir du XVème siècle, le roi réglemente progressivement l'existence des noms de famille.
En 1474, Louis XI interdit de changer de nom sans une autorisation royale.
En 1539, François Ier promulgue l'ordonnance de Villers-Cotterêts, son article 51 rend obligatoire l'enregistrement des baptêmes.

"Aussi sera faict registre en forme de preuve des baptesmes, qui contiendront le temps de l'heure de la nativite, et par l'extraict dud. registre se pourra prouver le temps de majorité ou minorité et fera plaine foy a ceste fin."

L'inscription des mariages et les décès viendra plus tard en 1579.

Ces actes doivent également rédigés en français ... mais cette obligation rencontrera longtemps des résistances dans certaines parties du royaume.
Comme beaucoup ne savent ni lire ni écrire, l'orthographe des noms varie selon les religieux ou les élus après la Révolution ...

La loi du 6 fructidor de l'an II (23 août 1794) interdit de porter d'autre nom et prénoms que ceux inscrits à l'état-civil.

En 1877, à la suite de la destruction de l'état-civil parisien en 1871, un livret de famille est institué, il fige définitivement l'orthographe de tous les patronymes.


http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif BARRE (variante BAR)
Le patronyme vient d´un lieu-dit ou de la ville de Bar (Ardennes, Aube ou Meuse) ; pourrait être une altération de BARD (germ.). Mais aussi de l´ancien français bare qui avait plusieurs significations : perche, barrière ...
Les premiers BAR apparaissent à Bugnicourt. Village d´origine des BAR dès 1687.
Les BARRE s´installeront ensuite, non loin delà, à Brebières vers 1840

Les Barre ont été tour à tour, laboureurs puis au 19ème, cabaretier et enfin ajusteurs.


http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif
http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif BOUCHARLAT (variante BOUCHARELAT)
Le patronyme BOUCHARLAT, qui a pour origine géographique le Rhône, région où sévit le suffixe diminutif "at", représente, à priori, une contraction de Boucharelat, diminutif de Boucharel. Lui-même diminutif de Bouquier : Boucher
Le premier des BOURCHARLAT apparaît vers 1600 à Collonges-au-Mont-d´Or.

Les Boucharlat ont vécu essentiellement à Lyon.

De tondeur de drap à fabricant de soieries, les Boucharlat ont travaillé les tissus et la soie depuis le 17ème Siècle.
 http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif
http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif CHEMINEAU
voyageur (Cheminant) ou petit chemin (maison sur le petit chemin). Les CHEMINEAU sont originaires de Mayenne. Précisément de Saint-Berthevin, à l'ouest de Laval.

Au 17ème Siècle, ils étaient métayers, puis au 19ème, ils sont devenus charpentiers.
 http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif
http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif CHEYLUS (variante régionale de CAYLUS)
Le patronyme vient du bas-latin : castelucium, dérivé de castellum ; château-fort. Localité d´origine (arrondissement de Montauban, hameaux dans l´Aveyron, le Cantal et l´Hérault)
Les CHEYLUS, CHAYLUS ou CHAILUS sont originaires des villages de la vallée de la Jordanne en Haute-Auvergne. Plus particulièrement de Mandailles et de Saint-Cirgues-de-Jordanne.

Les Cheylus, d'abord brassiers dans la vallée de la Jordanne, sont devenus chaudronniers. L'un d'eux s'est installé à Valognes, ses descendants sont entrés dans l'administration des Douanes.
 http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif
http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif CLÉMENT
Du latin Clemens, bon, pacifique
"Mes" CLÉMENT sont originaires de Meung-sur-Loire dans le Loiret.

Ils ont été tour à tour jardinier, marinier, vigneron, charretier ...
 http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif
http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif GIGNOUX (Variantes : GIGNOUS, GINHOUX, GINIOUX)
Sobriquet d´un homme ingénieux.
D´après les documents officiels émanant des Archives du canton de Vaud, la famille Gignoux est originaire de Suisse où l´on retrouve son ascendance directe à Nyon jusqu´en 1590. Par ailleurs, une tradition de famille voudrait que les ancêtres aient été originaires de Nîmes, et que, huguenots, ils aient émigré en Suisse à la Révocation de l´Édit de Nantes (1685).
Il existe un tableau généalogique de la descendance d´un Jean de Gignoux (1520), originaire de la région de Nîmes, et dont un descendant, Isaac, se serait réfugié en Suisse à la Révocation. Il y a bien trace de Gignoux protestants en provenance de France et réfugiés en Suisse. Mais la famille Gignoux qui nous importe est originaire de Borex, paroisse de Crassier, canton de Vaud, et elle est déjà en Suisse plus d´un siècle avant l´arrivée des Gignoux réfugiés huguenots en provenance de Nîmes. En fait, les familles Gignoux semblent toutes originaires de 5 foyers, sans que l´on ait trouvé pour l´instant le lien qui pourrait exister entre eux. (Source : Antoine Brisson). Le premier GIGNOUX apparaît à Borex vers 1530. La famille s´installera à Givrins puis à Nyon vers 1640.

Les premiers métiers des Gignoux ne sont pas trop bien définis : bourgeois de Nyon (officier, négociant), puis ses descendants sont médecin, avoué, industriels.

http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif

http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif GUIGARDET (Variantes : GUIGARD)

C'est soit un dérivé de Guigue, soit le nom de personne d'origine germanique Wighard (wig = combat + hard = dur).
« Mes » Guigardet sont de Carpentras.

Guigardet était boulanger à Carpentras, puis ses descendants sont devenus cordiers. Au 19ème, une fille a vécu une vie d'artiste itinérante et ses descendants aussi.

http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif

http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif MABILLE
Originaires d'Envronville. Nom assez courant en Normandie et en Picardie, correspond au nom de baptême Aimable (latin amabilis = digne d'être aimé).

Les Mabille ont été successivement couvreur en chaume, toilier, garde-moulin et meunier, journalier.

ligne

puce NONNENMACHER
Nom de métier d´origine germanique porté en Allemagne et en Alsace ; le nom correspond au moyen haut-allemand "nunne, nonne" (= porc castré) et désigne donc un châtreur d´animaux.
Les premiers Nonnenmacher apparaissent à Lupstein et à Littenheim ( Bas-Rhin) vers 1680.

Les premiers Nonnenmacher étaient journaliers, puis tailleur de pierre, charron, boulanger.

 

ligne

puce POTIN (variante POTHIN)

C'est un nom de personne (latin Pothinus, sans doute dérivé du grec pothos = passion), popularisé par un évêque de Lyon, martyr à l'âge de 90 ans. Variantes : Pothin (42, 89), Potain (29, 71), Pothain (45, 89), Pottin (77)

A la fin du 19ème Siècle, l'aïeul était colporteur.

Finalement, il s'avère que ce nom est inventé ...
Né de père et de mère inconnus, il a été nommé par les employés de la mairie de Castelnaudary avant d'être confié à l'hôpital de Carcasonne. Pourquoi POTHIN ? Peut-être parce qu'il a été enregistré la veille de la saint Pothin - le 2 juin ...


http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif
http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif PROUVAY (Variantes : De PROUVAIS, PROUVAIS, PROUVAY. Mais aussi PROUVET, PROUVEST, PROVAIS, PROUVÉ, PROUVEX)
Nom de lieu : anciennement "Provasium", Prouvay puis Prouvais, village de l´Aisne.
Les premiers Prouvay apparaissent à Reims vers le milieu du XVIIè Siècle …
C’est l’époque de la guerre de Trente Ans puis de la Fronde.
Les armées ennemies mais aussi celle du Roi pillent, rançonnent, saccagent les fermes et les villages. Les habitants sont torturés, tués ; les filles et les femmes violées.
Les habitants désertent les campagnes et se réfugient à l’abri des murailles des villes ou des châteaux.
Jean Prouvay et Émeline Milard, probablement réfugiés pour échapper aux exactions de le Fronde, se sont sans doute rencontrés et mariés à Reims. Le premier enfant, Arnoulph, voit le jour en 1659 dans la paroisse Saint-Jacques.
La famille, lorsque la campagne redevient plus sûre, retourne ou s’installe à Auménancourt-le-Petit (Marne)

René, naît vers 1660 et se marie en 1691 dans ce village d'Auménancourt, il porte le nom de « de PROUVAIS ». « de » qui indique une provenance et non pas une quelconque particule de noblesse !

Notre branche demeure à Auménancourt le Petit jusqu´en 1787, date à laquelle Pierre se marie et s´installe à Saint  Etienne-sur-Suippe (Marne) ; ses descendants y resteront jusqu´à la fin du XIXème Siècle. Mon arrière grand-père quittera ce village en 1890 pour s´installer dans les Ardennes, d´abord à Banogne-Recouvrance, puis ensuite à Saint Fergeux dans les Ardennes.

Les Prouvay étaient laboureurs, laboureur du Roi, puis, ils sont devenus tisseurs au 19ème Siècle.
Il ne subsiste, en France, que trois branches portant le nom de PROUVAY.
Au Chili, des émigrés d´une des branches ont fait souche et de nombreuses familles portent le nom de PROUVAY.
 http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif
http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif SCHNEIDER
Nom de métier d´origine germanique fréquent en Alsace-Lorraine : tailleur d´habits
Les Schneider viennent de Weitbruch (Bas-Rhin)

Les Schneider étaient cultivateurs de père en fils du 17ème à la fin du 19ème Siècle, puis tanneur et restaurateur.


http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif
http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif THOIRAIN (Variantes : TOIRIN , THORIN, THOIRIN, THORIN, THAURIN, TAURIN)
Vient du nom latin Taurinus, taureau
Le premier THOIRAIN se marie en 1675 à Hautvillers, il est né non loin de là, à Dizy. Cette branche va y demeurer jusqu´au XXème. Les premiers étaient charpentiers, rapidement, ils sont devenus vignerons et le sont restés jusqu´à nos jours.


http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD14539_.gif
http://claude.prouvay.pagesperso-orange.fr/BD10267_.gif TISSOT
Diminutif de TISSIER Nom savoyard désignant le tisserand.

Les Tissot sont originaires de Haute-Savoie.

Ils étaient notaires de père en fils jusqu'au début du 19ème Siècle, puis ingénieur.