Le manuscrit de Jules Doucet


Le grand-oncle de mon père, Jules Philoxime DOUCET (°1863-+1952) a reconstitué de mémoire la généalogie de sa famille.

L´oncle Jules décrit l´histoire de ses ancêtres, leur vie, leurs joies et leurs peines ... La description est toujours un peu complaisante ... mais elle a le mérite de faire revivre les membres de sa famille.

Ce manuscrit m´a été transmis par mon père. Je l´ai recopié sans rien corriger. (cliquer sur le livre pour le télécharger)
Pourquoi Jules a t´il fait ce relevé ?

Manuscrit de Jules Doucet

 

Pourquoi ai-je fait ce relevé ?
         Mon petit-fils, Jean Bouteleux, lieutenant au 21ème régiment d´infanterie coloniale, m´a exprimé le désir, très légitime, de posséder un relevé de la généalogie de la famille de sa mère, relatant, autant que possible, les noms et prénoms de ses membres, aux différents degrés, la période pendant laquelle ils ont vécu, et leur profession.
         J´ai essayé de le satisfaire, et je me suis mis à la tâche. N´est-il rien de plus angoissant que d´ignorer d´où l´on vient ?
         Que n´aurai-je pas donné dans ma jeunesse, pour trouver chez mes parents, quelques vieilles lettres ou quelques vieux actes provenant de mes ancêtres. Je suis convaincu que de tels documents, bien modestes en soi, auraient été d´une valeur réelle pour l´édification de la postérité dans le cadre de la famille.
         Vous est-il arrivé de lire de vieilles lettres jaunies par le temps, écrites de la main d´un père, d´une mère, d´un aïeul, d´un parent ou d´un ami ? Rien qu´en la touchant, vous éprouvez une grande joie, en même temps qu´une forte émotion.
         J´ai établi ce relevé au courant de la plume, sans la recherche de grands mots, sans aucune forme littéraire, pour la raison bien simple que je ne suis pas un écrivain.
         Je me suis attaché à son exactitude, qu´il soit d´un style clair et compréhensible.
         Je me suis servi d´aucun document. Rien que ma mémoire et de ma connaissance des personnages qui y figurent, dont le plus ancien est mon grand´père paternel, que j´ai fort bien connu, qui est né en 1798 et le plus jeune, mon arrière-petite-fille, née à Gagny, le 23 septembre 1934.
         J´ai donc travaillé sur une période de 136 ans, 6 générations : deux qui me précèdent, la mienne, et trois qui me suivent.
         Pour l´instant, ce relevé généalogique n´a sans doute qu´une valeur relative ; mais s´il se trouve entre les mains de mes petits-enfants, et comme j´en ai l´espoir, ils se donnent la peine de le continuer, il pourra en acquérir par la suite.
         Quoiqu´il en soit, il a été pour moi un agréable passe-temps d´autant plus agréable qu´il m´a obligé à revivre mes jeunes années, et par la pensée, de me remettre en présence de ceux qui nous ont précédés ; en outre, de raviver en moi l´affection que j´avais pour eux et qui n´est pas encore éteinte. Si vieux que je sois, on n´oublie pas ses parents, et surtout sa mère.
         D´autre part, il m´a permis de fouiller un peu dans la vie de ceux qui sont encore là… Qu´ils me le pardonnent, surtout si je n´ai pas été tout à fait exact dans le portrait que j´ai fait de chacun d´eux, pour y prendre et consigner en quelques lignes ce qu´il y a de meilleur en eux.

Rethel, le 8 novembre 1936

Jules Doucet