Maître de forges

La science métallurgique s'est développée au début du 17ème Siècle. En 1722, Réaumur constate que l'acier devait ses caractères à des substances charbonneuses.

Les ateliers artisanaux de métallurgie sont alors remplacés par de grosses forges. Elles produisent tous les instruments aratoires, les faux et même les clous. Ces forges sont établies non loin des gisements de fer et utilisent le bois des forêts environnantes.

Le maître de forges était le propriétaire de cet établissement.

Les Forges de Clairvaux (Jura) ont été construites entre 1778 et 1780 par le prince de Bauffremont, en vertu de lettres patentes accordées en 1734. Le haut fourneau est mis en activité en 1781. Acquises par le maître de forges Lemire en 1790, elles connaissent un fort développement dans la première moitié du 19e siècle. 1840 : 700 tonnes de fonte produites. elles se composaient d'un haut-fourneau, de deux feux de forges, d'un martinet (lourd marteau actionné par l'énergie hydraulique) et de plusieurs scieries à eau. Il existait également une fabrique de clous exécutés à froid par un procédé mécanique pour lequel Noël Le Mire avait obtenu un brevet. En 1853, date de leur entrée dans la société des Hauts Fourneaux, Fonderies et Forges de Franche-Comté, les forges sont reconstruites : le haut fourneau est remplacé par deux feux d'affinerie, une nouvelle soufflerie et des logements d'ouvriers sont construits, le logement patronal est restauré.
En 1854, elles vinrent se joindre à la société des forges de Franche-Comté tout récemment créée par la réunion de plusieurs établissements similaires dc la province.
Les forges produisaient alors, par an, 1.000 tonnes de fer au bois, cylindres et martelés, en barres, cercles et rubans. En 1875, cet établissement fut transformé cn une tôlerie anglaise, travaillant à la houille, dont le produit annuel est aujourd'hui de 3.ooo tonnes de tôles minces de 2 millimètres et au-dessous.
Les usines dela Saisse occupent environ 140 ouvriers. Dans un avenir prochain, quand le Jura sera pourvu de nouvelles voies ferrées, cet établissement est appelé sans nul doute à un grand développement, ses produits étant très appréciés dans le commerce.
A deux pas de la Saisie, voilà le gracieux chalet de Mirevent, propriété de M. le Mire, où sont réunies les intéressantes collections préhistorique, gauloise et romaine provenant du lac et des environs de Clairvaux, et dont le propriétaire vous fera les honneurs avec une urbanité parfaite.
Jetons le pied jusqu'à l'endroit où fut découverte la villa galloromaine de Vieourt, qui se trouve à 1 kilomètre de Ia Saisse, dans la direction du sud-ouest, puis nous regagnerons Pont de Poitte et la route nationale qui nous ramènera à Clairvaux.
Ayant cessé de fonctionner vers 1870-1880, les forges sont tombées en ruine. Seuls subsistent les vestiges du logement patronal.

(sources : Patrimoine de France - Clairvaux du Jura, station climatique... : la Franche-Comté pittoresque ... par Jules Sicard)