Étuviste

Celui qui tient des étuves, des bains à vapeur.
Le règlement du métier d'étuveur spécifie, en 1268, que la porte des bains doit être interdite non seulement aux malades, mais aussi à tous les hommes ou femmes de mauvaises mœurs :"Que nul du dit mestier ne soutienge en leurs étuves, bordiaux de jour et de nuit."
Il existait, en 1292, à Paris, 27 étuves. Les étuves publiques connaissent leur apogée au 14ème et 15ème Siècles. Il est plus facile d'aller dans ces établissements que de se préparer un bain chaud chez soi.
Les mentalités changent ... les médecins commencent à penser que le bain lui-même est malfaisant pour le corps, que les miasmes de la nature pénètrent d'autant plus facilement à l'intérieur du corps, que les pores sont dilatés sous l'effet de la chaleur, laissant un libre passage aux maladies. Les étuves non thérapeutiques disparaissent et font place aux bains publics.